Page des menu
TwitterRssFacebookLa chaîne YouTube
Catégories

Rédigé par le 1 Mai 2011

Faut-il craindre un retour de l’inflation ?

Faut-il craindre un retour de l’inflation ?

Une hausse de l’inflation est aujourd’hui incontestable depuis le début de l’année 2010. Les matières premières, l’énergie et les produits agricoles ont en effet connus des hausses spectaculaires et beaucoup se posent la question suivante :

Que pouvons-nous attendre pour les années qui viennent ?

L’inflation, mesurée par l’IPC (Indice des Prix à la Consommation), permet de déterminer la baisse de valeur de la monnaie au cours du temps, car il s’agit bien ici de perte de valeur de la monnaie au cours du temps !

L’inflation perçue et l’inflation mesurée semblent plus que jamais éloignées dans l’opinion publique. La perception subjective et la mesure objective peuvent dans ces conditions ne pas concorder. La raison est simple, “mesurer l’inflation consiste à observer un « panier » pondéré de biens représentatifs de l’ensemble des biens consommés”.

Dans l’IPC, certains postes de dépense importants n’apparaissent pas, comme l’immobilier par exemple, premier poste de dépense des français, mais qui est considéré comme un investissement et non de la consommation.

Dans ces conditions, et ce malgré des prix à la pompe de plus en plus élevés ces dernières semaines, des prix agricoles qui flambent, et des prix de l’immobilier en pleine bulle, l’inflation mesurée reste modéré en France (autour de 2.5% en 2011). Nous sommes loin des records des années 1970 à 1980 comme en témoigne le graphique ci-dessous :

Taux d'intérêt à long terme en France Faut-il craindre l’inflation ?

Il faut être conscient du fait que notre épargne perd de sa valeur au cours du temps, c’est ainsi. Prenons l’exemple de 100 000 euros placés à 4% avec une inflation à 3%, cet épargne rapporte en réalité 1% par an seulement, car entre-temps la valeur de ces 100 000 euros diminue de 3% annuellement.

Mais l’inflation a également quelques vertus : elle permet d’épurer plus rapidement nos dettes, en effet, un ménage qui emprunte 100 000 euros à 4% sera content de voir revenir une hausse de l’inflation, car parallèlement, les salaires  du ménage peuvent ainsi augmenter plus rapidement avec des mensualités de crédit qui restent constantes.

Étrangement, en période de forte inflation, les salaires montent plus vite, nous avons l’impression de gagner en pouvoir d’achat, mais en réalité c’est l’inverse qui se produit !

Quel investissement privilégier en période d’inflation ?

Autre paramètre, l’endettement ! si vous vous endettez pour un bien immobilier à 4% et que l’inflation repart à la hausse de 5%, votre bien vaudra potentiellement 5% de plus chaque année et votre mensualité sera toujours la même, il y a donc un enrichissement mécanique !

Si l’inflation repart : – Votre épargne perd de sa valeur au cours du temps – Vos biens physiques prennent de la valeur avec le temps

En période d’inflation, il faut donc privilégier l’immobilier aux placements financiers !

Quel niveau d’inflation pouvons-nous attendre dans les années à venir ? Difficile de répondre avec certitude à cette question, en revanche, voici quelques éléments de réponse : – La Chine et les autres pays  émergents sont presque tous rentré dans un cycle de surchauffe : Exemple : regarder ce reportage étonnant de la chaine Australienne SBS sur les villes fantômes en Chine, des villes entières inoccupées témoignent de la bulle immobilière actuelle.

Villes fantômes en Chine - ReportageCliquez ici pour voir la vidéo de étonnante SBS

Le surinvestissement en Chine est un problème considérable, car la bulle immobilière et financière qui en découle entraîne actuellement les matières premières et l’énergie dans cette spirale inflationniste.

Le problème des dettes souveraines est également à surveiller de près, car tôt ou tard, les gouvernements des pays les plus endettés devront s’attaquer à la dette et donc arrêter d’injecter des liquidités dans l’économie via leur dettes.  Plus de rigueur budgétaire signifie moins d’argent publique injecté dans l’économie, et donc moins de pression inflationniste.

A court terme, l’inflation devrait continuer à monter encore un peu pour atteindre 3% environ fin 2011.

A moyen terme, l’éclatement des bulles d’investissement en chine et certains autres pays émergents pourraient provoquer une baisse importante de la demande de matière première et donc de l’inflation. L’inflation en Chine rend de toute manière la chine de moins en moins compétitive en terme de prix.

A long terme, l’inflation sera amené à repartir à la hausse, à des niveaux bien supérieur cette fois, ce qui pourrait être à ce moment là une excellente opportunité d’entrée sur les matières premières.

Pour info, voici les facteurs qui peuvent potentiellement produire de l’inflation :

– Un demande des consommateurs plus forte que l’offre proposée par les entreprises – Utilisation des capacités de production proche des 100% – Hausse des matières premières – Hausse des prix des produits importés – Dévaluation monétaire (baisse de la valeur de la monnaie) – Revendications salariales pour des hausse de salaire (en période de chômage faible) – etc…

Conclusion

L’inflation devrait repartir à la hausse, mais pas avant quelques années, le temps pour les bulles de surinvestissement actuelles de disparaître du paysage. En période d’inflation forte comme nous risquons de connaître à ce moment là, il est important d’être endetté et investis plutôt en immobilier pour éviter de voir ses avoirs financiers se déprécier rapidement au fil du temps.

Notons aussi qu’une période de forte inflation dans quelques années verrait nos problèmes de dette résolus plus rapidement et permettrait également à l’état de résoudre en partie les problèmes d’engagement de paiement des retraites… en partie puisque les pensions devraient évoluer moins vite que l’inflation… à méditer !

L’inflation est souvent montré du doigt car elle a un effet mécanique négatif sur les marges des entreprises, mais la déflation  (baisse générale des prix) est bien plus mauvaise encore pour l’économie, le Japon en est la preuve depuis les années 2000.

La reproduction, intégrale ou partielle de cet article, est autorisée dès lors que la mention "independancefinanciere.fr tous droits réservés" est ajouté, accompagné d'un lien vers cette page.


immeuble de rapport formation

4 Commentaires pour "Faut-il craindre un retour de l’inflation ?"

  1. Excellent article qui fait la synthèse du paradox suivant: l’ inflation est-elle si mauvaise ? et pour qui ?

  2. Bonne synthèse! On parle rarement du bon coté de l inflation.

  3. bref, faut-il espérer un retour de l’inflation alors ?

  4. Très bon article sur les mécanismes de l'inflation mais tes conclusions ne tiennent pas compte du fait que l'immobilier en France est très surévalué à cause des dispositifs avantageux que nous ont pondus les gouvernements  qui se sont succédés et qui ont été répercutés systématiquement sur les prix depuis une dizaine d'années. Ce qui rend malheureusement l'immobilier nettement moins sexy…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *