Page des menu
TwitterRssFacebookLa chaîne YouTube
Catégories

Rédigé par le 5 Août 2017

Fonds en euros : une bombe à retardement dans votre assurance-vie ?

Fonds en euros : une bombe à retardement dans votre assurance-vie ?



A l’heure où les marchés actions sont de plus en plus incertains et que les investisseurs sont en recherche de plus en plus de sécurité sur leurs épargnes, il est important de se poser les bonnes questions et surtout au bon moment. Dans cet article, nous allons découvrir ce qui se cache derrière les fonds en Euros de vos assurances vies, quel est le risque de ce type de placement et quels peuvent être les conséquences de la prochaine crise sur les fonds en Euros.

Nous verrons également pourquoi il faut agir dès maintenant et sortir des fonds en euros et surtout quelles peuvent être les stratégies alternatives !

Les fonds en Euros

En 2017, le montant de l’épargne des Français investis dans les contrats d’assurances vie représentent plus de 1 632 milliards d’Euros et à l’heure où je vous parle, les fonds en Euros représentent à eux seuls 87% de cette collecte. C’est donc incontestablement le placement préféré des Français. C’est également le placement réputé le plus sûr depuis de nombreuses années, pourtant son futur reste incertain et nous allons voir pourquoi ensemble.

Un futur incertain pour l’assurance-vie ?

Ce que nous verrons dans cette vidéo ne sera pas alors relayé par les médias ni même par les pouvoirs publics et encore moins par les professionnels de la finance. Tout le monde est unanime, vous ne courrez aucun risque sur vos fonds en Euros. Ces fonds sont même garantis en capital par les assureurs et en cas de défaut de l’assureur, il existe même un fond de garanti spécial. Bref tout va bien à les écouter, or la réalité est bien différente, pourquoi dirait-il le contraire. Ils vivent tous de l’assurance vie et semer la panique parmi leurs clients ne ferait qu’accélérer la crise et précipiter leurs problèmes de solvabilité actuelle. Avant d’aller plus loin dans cette vidéo, prenons quelques minutes pour comprendre en quoi consistent exactement ces fonds très particuliers.

Qu’est-ce qu’un fond en Euros ?

Les fonds en Euros de vos contrats d’assurance vie sont des fonds de garantie en capital par les assureurs. Ce placement sécurisé est l’un des rares placements où le risque est transféré de l’épargnant vers la compagnie d’assurance. Ceci a été l’un des points forts de l’assurance vie ces dernières décennies, ce qui explique son succès, en résumé c’est un placement liquide disponible à tout moment qui possède une fiscalité avantageuse et ceci sans aucun risque.

Qu’y a-t-il dans un fond en Euros ?

Alors, voyons ensemble une composition type d’un fond en Euros. Nous y trouvons environ 25% d’obligation corporate, 25% d’obligation du secteur public, 32% d’obligation d’État donc ça peut être l’Espagne, l’Italie, la France, l’Allemagne, 5% d’immobilier, environ 10% de produits structurés en tout genre et environ 3% d’actions. Cette proportion peut varier selon les compagnies d’assurance et les conditions de marchés comme en ce moment par exemple.

Quels sont les risques de ce type de placement ?

Le constat est simple, les fonds en Euros sont constitués à plus de 80% de dettes obligataires, la question elle aussi est très simple, que se passerait-il si certains pays comme la Grèce, l’Irlande, le Portugal venaient à faire faillite? Une telle question paraît étrange tant la majorité des investisseurs semblent convaincus que les fonds en Euros sont sans risques. En réponse à ses craintes, les autorités affirment que la part des obligations de ces fameux PIIGS, PIIGS pour Portugal, Italie, Irlande, Grèce et Espagne est marginal dans les fonds en Euros des assureurs français. Selon eux, la part des PIIGS dans les portefeuilles obligataires est comprise entre 2 et 4%, chiffre qui personnellement me semble bien sous valorisés si l’on regarde certaines études. Autres arguments avancés, il existe une mutualisation des risques sur les portefeuilles obligataires des assureurs et en cas de défaut d’un assureur, de toute manière le fonds de garantie des assurances prend le relais et indemnise chaque investisseur à auteur de 70 000€ par contrat. Le discours officiel est donc simple, aucun risque, tout est prévu !

Où en sommes-nous avec la crise actuelle ?

La situation réelle, elle est bien loin du discours officiel. Du fait d’une monnaie unique européenne parfaitement avantageuse pour l’Allemagne et très handicapante pour l’ensemble des autres pays, en particuliers les pays du sud, ces derniers rencontrent une grave crise de solvabilité avec un déficit public qui explose, un endettement qui s’aggrave de jour en jour, un taux de chômage qui flambe et l’avenir de la zone euro n’est pas prêt de s’améliorer.Afin d’éviter la faillite des banques privées qui avaient prêté à la Grèce avant la crise, la dette a été transférée aux états européens.

Notons que l’essentiel des dettes des états correspondent à l’euro près aux intérêts versés aux banques commerciales privées sans aucune contrepartie puisque cet argent a été créé de toute pièce avec la planche à billet que nous avons offert à ces mêmes banques (1973).

Afin d’éviter la faillite des banques et des états, la BCE se met depuis quelques années à injecter des milliards dans les circuits financiers pour masquer la crise et empêcher l’économie de sombrer. Notons que la France a fait faillite 8 fois au cours de son histoire, ce ne serait donc pas une première. Aucun de ces scenarii n’est pris au sérieux officiellement, il est très facile de comprendre pourquoi. En revanche chaque gouvernement travaille d’arrache-pied et en grand secret sur ces événements. Je ne développerai pas plus loin cette analyse puisque de toute manière le mensonge est institutionnel et que les banques peuvent créer assez d’argent gratuit pour corrompre n’importe qui !

Quelles seront les conséquences de cette crise sur vos fonds en Euros ?

En cas de hausse incontrôlée des taux de l’OAT dix ans au-dessus de 4% par exemple, on se dirige tout droit vers un crack obligataire. Comme vous le savez si les taux des obligations montent, la valeur des obligations, elles chutent, et ceci de manière exponentielle. En réalité ce phénomène est extrêmement simple, plus l’échéance des obligations est éloignée, plus la hausse des taux a un impact sur leurs valorisations, c’est donc un système purement mécanique.

Lorsque les fonds en Euros continuent à collecter plus d’Épargne que les retraits des épargnants, ceci n’a pas vraiment d’impacts directs sur les valorisations des fonds, puisque les obligations ne sont pas vendues avant leurs échéances sur les marchés secondaires. Dans ce cas les pertes ne sont pas réalisées, en revanche en cas de retrait important des épargnants et de dé-collecte massives comme nous pouvons l’observer en ce moment, le gérant est alors obligé de vendre des obligations avant leurs échéances pour pouvoir redonner de l’argent aux investisseurs qui retirent leurs économies.

Afin d’éviter ce phénomène la plupart des compagnies d’assurances ont des clauses de suspension de rachats, dans les faits le code monétaire et financier permet de suspendre la possibilité de réaliser des rachats sur les contrats d’assurances vie et ceci afin de préserver l’épargne des assurés. Le problème reste donc entier, l’épargne peut être préservé en cas de crack obligataire, mais combien de temps les retraits seront bloqués et que se passera-t-il à la fin en cas de crise plus grave que prévu? D’autre part les conditions générales, les contrats d’assurances-vie peuvent être modifiés à tout moment de façon unilatérale, il sera alors impossible de prévoir la durée des blocages.

N’oublions pas que l’assurance vie est avant tout un produit retraite et que les plus gros épargnants restent les baby-boomers, cette génération va donc progressivement consommer son épargne pour profiter de sa retraite, ce qui rajoutera une pression supplémentaire sur la gestion des fonds en Euros et devrait accentuer le phénomène. Dans cette hypothèse même en bloquant l’épargne investit dans les fonds en Euros, les assureurs devraient encaisser un choc très important et il est très probable que certains d’entre eux feront faillite.

Il y a toujours le fonds de garantie des assureurs qui indemniserait à hauteur de 70 à 90 000€, mais cela reste théorique et la taille de ce fond reste extrêmement faible compte tenu des enjeux. Avec des rendements inférieurs à 2% net en 2017 et en baisse, les investisseurs pourraient préférer des solutions alternatives au fond en Euros et donc retirer massivement leurs épargnes. C’est évidemment ce que je ne souhaite pas, mais ça pourrait accentuer le phénomène.

Pourquoi fermer vos fonds en euros ?

Alors dans ce contexte difficile où une crise systémique n’est pas à exclure, les conséquences sur votre épargne restent à ce jour imprévisibles. Plusieurs pays européens ne sont pas loin de la faillite, l’Espagne, l’Italie et bien sûr la France s’en rapproche à grands pas. Aujourd’hui votre épargne est un risque, il me semble donc urgent de sortir des fonds en Euros et rapidement. Un simple regain de tension au niveau des taux d’intérêt pourrait bloquer votre épargne pour une durée indéterminée, avec une sortie difficile à prévoir. Il s’agit d’être prudent même sur des actifs qui sont réputés être sans risque.

Où faut-il investir aujourd’hui?

Alors où faut-il investir aujourd’hui, question difficile vous l’aurez deviné. Il me semble important de revenir sur des actifs réels et tangibles comme l’immobilier par exemple. Mais attention pas n’importe quel bien immobilier, en effet beaucoup de grandes villes ont vu leurs prix grimper de manière incontrôlée pendant ces 15 dernières années. Et il faudrait donc éviter les grands centres urbains comme Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux, Toulouse et j’en passe, au profit de ville où les prix sont restés raisonnables, sachez qu’il existe encore beaucoup de villes en France où le prix du m² est accessible c’est-à-dire en dessous de 1 000€ du m².

Dans ce contexte difficile, les prix de l’immobilier devraient refluer pendant une bonne dizaine d’années. Alors, soyez très sélectif, en ce qui concerne votre réserve d’épargne liquide, je n’ai malheureusement pas de solution miracle à vous proposer. Les plus audacieux pourront investir dans des devises comme le dollar canadien ou le dollar australien par exemple. Ces deux pays sont en bonne santé, ils ont réformé leurs systèmes avec succès et surtout possèdent des réserves importantes de matière première dans leurs sous-sols.

En ce qui concerne les actions, la situation est incroyable, l’afflux de fausse monnaie venant de la BCE vient prendre les placements sans risques pour les investisseurs et assureurs, ce qui par ricochet les forces à prendre plus de risques et donc contribue à la hausse des prix des actions ! La BCE fait donc artificiellement monter le prix des actions, mais jusqu’à quand ?

La bourse est devenu on marché survalorisé et en hausse constante depuis 8 ans ! Les arbres ne montent pas au ciel, restez à l’écart pour le moment ! L’or quant à lui est un actif intéressant en cas de dévalorisation forte de l’Euro. Il est prudent d’en avoir car il s’agit là d’un actif tangible qui n’a pas perdu de valeur depuis plus de 6 000 ans mais surtout qui performe très bien en cas d’inflation ou de déflation ! A méditer

Les bonnes idées d’investissement

Donc au rang des bonnes idées pour vous protéger de la crise, on va aller chercher quelque chose d’un petit peu plus naturel, des actifs réels comme l’immobilier ancien par exemple. On en a parlé avant, l’or physique donc il vaut mieux avoir de l’or physique que d’aller sur des trackers ou des choses comme ça. Les devises comme le dollar australien, dollar canadien est resté sur des actifs tangibles comme les forêts et les terrains.

Les mauvaises idées d’investissement

Au rang des mauvaises idées, on a l’immobilier neuf alors je ne parle pas de l’immobilier neuf en général, je parle de l’immobilier trop cher. Souvent de fois on a eu beaucoup tendance à acheter ces derniers temps des biens qui étaient survalorisés de 15, 20 ou 30% ou voir beaucoup plus. Donc tout ce qui est appuyé uniquement sur un système de défiscalisation est à proscrire. Le LMNP en fait partie, c’est un produit purement investisseur donc il va avoir beaucoup de mal à trouver preneur en cas de crise surtout si un taux remonte. En fait il existe un effet de ciseau sur ce type de biens, si les taux augmentent, le rendement attendu des investisseurs qui achèteront va augmenter également. Si vous, vous l’avez acheté à un taux de rendement trop bas, on va arriver tout simplement à une dévalorisation du bien et qui peut aller jusqu’à 50 à 60%. Donc, évitez ce genre de produit à quelques exceptions près. En terme de SCPI, c’est un produit plutôt retraite, très peu liquide donc si vous investissez dans ce type de produit, soyez très prudent également. Les fonds en Euros on l’a vu sont des fonds qui sont composés essentiellement d’obligation donc de dettes, donc à éviter. Les actions mêmes avec des bons rendements, je dirais qu’il faut éviter encore pendant 1 à 2 ans. En ce qui concerne les obligations, on l’a vu ensemble, il vaut mieux les éviter totalement.

Que faut-il retenir de cet article ?

Pour conclure, un diagnostic sans appel, il est aujourd’hui impossible pour les pays européens de rembourser leurs dettes et ceci nous le savons depuis déjà bien longtemps. Sortez de vos fonds en Euros pendant qu’il est encore temps pour revenir sur des actifs simples, des actifs réels et tangibles. Il faut parfois accepter de ne pas placer son argent pour ne pas en perdre. Cette vidéo n’a pas pour but d’être catastrophiste ou même négatif, l’objectif est plutôt d’être réaliste sur la situation. Nous ne vivons pas dans un monde de bisounours, cette crise est réellement grave, mais aussi une formidable opportunité pour tous ceux qui l’auront anticipé. Donc, soyez prudent et mettez votre patrimoine à l’abri. Je vous dis à très vite sur Patrimoine Anti-crise !

La reproduction, intégrale ou partielle de cet article, est autorisée dès lors que la mention "independancefinanciere.fr tous droits réservés" est ajouté, accompagné d'un lien vers cette page.


immeuble de rapport formation

2 Commentaires pour "Fonds en euros : une bombe à retardement dans votre assurance-vie ?"

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article. J’ai une question concernant l’assurance vie. j’ai un contrat d’assurance vie dans lequel j’ai construit un portefeuille composé uniquement de tracker ETF.

    Questions:

    Mon portefeuille tracker est il aussi en danger et pourquoi?
    Ai-je meilleur temps á transferer mon portefeuille sur mon compte titre (mais je perds l’avantage de l’enveloppe fiscale)?
    J’ai la possibilité d’ouvrir une assurance vie au Luxembourg. Y a t il plus de protection là-bas?

    Merci d’avance pour vos precisions.

    Cordialement,

  2. Bonjour,
    comment fait-on pour acheter de l’or?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *