Page des menu
TwitterRssFacebookLa chaîne YouTube
Catégories

Rédigé par le 26 Jan 2012

Marché immobilier Parisien : est-ce la fin de l’euphorie ? Avis d’un chasseur immobilier

Marché immobilier Parisien : est-ce la fin de l’euphorie ? Avis d’un chasseur immobilier

Olivier Saint-Amand et Kim Styger ont créé en 2007 une agence spécialisée dans la recherche immobilière sur Paris, Homing Season. Cette aventure était un véritable challenge à son lancement en 2007, compte tenu des tensions importantes sur le marché immobilier de la capital, mais forts de leurs expériences respectives en France et à l’étranger, Kim et Olivier ont su satisfaire leur clientèle, souvent très exigeante, en leur dénichant les perles rares qui devenaient de plus en plus difficiles à trouver.

Homing season : marché immobilier Parisien

Aujourd’hui, la situation de l’immobilier Parisien semble en train d’évoluer, l’euphorie retombe peu à peu, mais qu’en est-il réellement ?

Kim STYGER, directrice associée d’Homing Season nous répond en toute transparence et nous donne son analyse du marché immobilier Parisien.

Est-ce la fin de l’euphorie sur le marché immobilier Parisien ?

C’est une des questions qui nous revient le plus souvent depuis un an lorsqu’on annonce qu’on est chasseur d’appartement. Car à Paris, la vie est bien différente.

La question prend tout son sens quand la baisse générale de l’immobilier en France était constatée dans tous les médias… sauf à Paris et sa région. Il y a 1 an, c’était encore la foire d’empoigne, chaque propriétaire qui vendait son bien sur le PAP (particulier à particulier) ne le gardait pas plus de 3 ou 4 jours sur les bras. Mieux que ça encore, devant la foule d’acquéreurs, et dans l’hystérie générale, les prix montaient de manière incontrôlée : des négociations à la hausse et des ventes dans la journée, à la 1ère ou 2ème visite.

C’est ainsi que sur un appartement rue du Temple en mai dernier, à 2 pas de la place de République, nous avions fait une offre au prix pour le compte de clients expatriés à Pékin. Avec une excellente situation financière et un budget de  720 000 euros pour un appartement Parisien. Même à ce niveau de budget, il fallait tout de même être très réactif. En face, un propriétaire un peu dépassé par les évènements, qui s’est retrouvé à arbitrer le prix de son appartement tel un commissaire priseur en pleine vente aux enchères. Non sans une certaine euphorie très certainement liée à l’excitation de la situation, il appelait les uns pour donner le dernier prix des autres.  Dans la course face à nous, 2 familles à bout de souffle dans leur recherche, prêtes à tout pour enfin poser leurs valises quelque part. Verdict ? 775 000 euros pour 100 m2 et 3 chambres, 50 000 euros de plus que le prix initialement souhaité par le vendeur.

Bien entendu, nous n’avons pas donné suite, et sommes repartis dans nos recherches. Ce n’est que 6 mois plus tard que nous avons finalement mis la main sur un autre bien intéressant pour nos clients. Et en 6 mois, le marché avait pris pas moins de 10% ! Le même bien, donc, valait 75 000 euros de plus, six mois plus tard, soit 20 000 euros de moins que le prix que nous avons refusé de mettre !

Difficile de satisfaire les clients pressés sans tomber dans l’euphorie !

Lorsque les biens arrivent au compte-gouttes, difficile de satisfaire les clients pressés sans tomber dans l’euphorie. Aujourd’hui, le marché s’est détendu et, surprise divine, on peut même visiter un appartement et revenir confirmer notre impression 3 jours plus tard sans qu’il ne soit vendu. Le grand must depuis 6 à 8 mois, c’est qu’il est possible de négocier !  Le volume de biens qui arrivent sur le marché est encore assez faible, il faut toujours être patient pour trouver sa perle rare, mais il est clair que l’achat s’aborde dans un climat bien plus serein et détendu.

Nous ne devrions pas connaître de hausse spectaculaire des prix de l’immobilier à  Paris dans les années à venir, les prix nous semblent déjà très élevés, nous devrions au contraire revenir à des prix bien plus raisonnables, ce qui permettra à nos clients de faire des choix réfléchis basés sur des éléments concrets comme la situation géographique ou la qualité intrinsèque du bien.

Kim STYGER

Kim STYGER
Directrice associée – Homing Season

La reproduction, intégrale ou partielle de cet article, est autorisée dès lors que la mention "independancefinanciere.fr tous droits réservés" est ajouté, accompagné d'un lien vers cette page.


immeuble de rapport formation

3 Commentaires pour "Marché immobilier Parisien : est-ce la fin de l’euphorie ? Avis d’un chasseur immobilier"

  1. De toute façon, je pense que les prix à Paris resteront toujours élevés étant donné l’image de Paris (une sorte de surcoût pour vivre à Paris).

  2. C’est vrai, les prix de l’immobilier à Paris sont très élevés mais pour l’instant une baisse ne semble pas encore à l’ordre du jour.

    • Quels sont les organismes qui parlent des prix Parisiens ?

      La FNAIM qui ne vit “QUE” de l’immobilier !
      Les notaires qui vivent “ESSENTIELLEMENT” de l’immobilier !

      Comme par hasard, les prix sont calculés en années glissantes. Autre point intéressant, en ce moment nous sommes dans l’accélération baissière et les journaux titre “stabilisation”. Ceci est dû à un phénomène simple :

      Seul les biens de qualité exceptionnel et les hors marché sont vendus, les biens médiocres ne trouvent plus preneurs, ce qui a tendance à faire augmenter les prix moyens. Il faut bien être conscient que les biens “hors marché” sont achetés par des grosses fortunes qui ne regardent pas le prix, mais aussi par des sociétés et personnes peut recommandables qui sont là pour blanchir de l’argent sale !

      Ce qui compte, ce n’est pas le pouvoir d’achat des étranger, mais celui des Parisien, et les prix de l’immobilier reviennent toujours en cohérence avec le revenus des habitants…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *