USA : Pire plongeon des ventes de logements neufs et exode urbain

En dépit de la faiblesse record des taux hypothécaires, de l’envolée des demandes de prêts et d’une légère reprise des ventes de logements neufs, les ventes de logements existants devraient encore chuter en mai.

L’effondrement d’avril a été le plus important depuis l’expiration, en juillet 2010, du crédit pour l’achat d’une première maison, et le mois de mai a vu le plongeon se poursuivre, avec une baisse de 9,7 % en MoM, comparaison mois à mois (contre une baisse attendue de 5,6 % en MoM)

Le prix médian des logements existants, tous types confondus, était de 284 600 dollars en mai, soit une hausse de 2,3 % par rapport à mai 2019 (278 200 dollars), les prix ayant augmenté dans toutes les régions. L’augmentation des prix nationaux en mai marque 99 mois consécutifs de hausse d’une année sur l’autre. Mais les ventes de maisons de plus d’un million de dollar se sont effondrées…

Mais la tendance notable de la migration des villes vers les banlieues est claire :

« Les performances relativement meilleures des maisons individuelles par rapport aux immeubles collectifs en copropriété suggèrent clairement une migration des centres-villes vers les banlieues », a déclaré M. Yun.

« Après avoir assisté à plusieurs années consécutives de renouveau urbain, la nouvelle tendance semble se situer dans les banlieues, car un plus grand nombre d’entreprises permettent une plus grande flexibilité pour travailler à domicile ».

Et les acheteurs de résidences secondaires ont augmenté…

Les investisseurs individuels ou les acheteurs de résidences secondaires, qui représentent de nombreuses ventes, ont acheté 14 % des maisons en mai, contre 10 % en avril 2020 et 13 % en mai 2019. Les ventes au comptant ont représenté 17 % des transactions en mai, contre 15 % en avril 2020 et 19 % en mai 2019.

Le déclin de mai a poussé le SAAR (taux annuel désaisonnalisé) de ventes de maisons existantes à son plus bas niveau depuis 2010…

Source : Bloomberg

Répartition régionale

Les ventes du mois de mai ont diminué dans toutes les régions par rapport au mois précédent. Les prix médians des logements ont augmenté dans trois des quatre grandes régions par rapport à l’année précédente, avec une légère baisse dans l’Ouest.

– En mai 2020, les ventes de maisons existantes dans le Nord-Est ont chuté de 13,0 %, enregistrant un taux annuel de 470 000, soit une baisse de 29,9 % par rapport à l’année précédente. Le prix médian dans le Nord-Est était de 327 900 $, soit une hausse de 7,8 % par rapport à mai 2019.

– Les ventes de maisons existantes ont diminué de 10,0 % dans le Midwest pour atteindre un taux annuel de 990 000 en mai, soit une baisse de 20,2 % par rapport à l’année précédente. Le prix médian dans le Centre-Ouest était de 227 400 $, soit une hausse de 3,0 % par rapport à mai 2019.

– Les ventes de maisons existantes dans le Sud ont chuté de 8,0 % pour atteindre un taux annuel de 1,73 million en mai, soit une baisse de 25,1 % par rapport à la même période l’année précédente. Le prix médian dans le Sud était de 247 400 $, soit une augmentation de 2,1 % par rapport à l’année précédente.

– Les ventes de maisons existantes dans l’Ouest ont diminué de 11,1 % pour atteindre un taux annuel de 720 000 en mai, soit une baisse de 35,1 % par rapport à l’année précédente. Le prix médian dans l’Ouest était de 408 400 $, soit une baisse de 0,2 % par rapport à mai 2019.

Les associations nationales immobilières (NAR) sont optimistes…

« Les ventes réalisées en mai reflètent les signatures de contrats en mars et avril – pendant les périodes les plus strictes du confinement et donc le point bas cyclique », a déclaré Lawrence Yun, économiste en chef du NAR.

« Les ventes de maisons vont certainement augmenter dans les prochains mois avec la réouverture de l’économie, et pourraient même dépasser les chiffres d’il y a un an au cours du second semestre ».

Enfin, on peut se demander combien de temps durera cet optimisme des constructeurs sur les ventes futures…

Source : Bloomberg

« Bien que le secteur de l’immobilier ait été confronté à des circonstances très difficiles au cours des derniers mois, nous constatons des signes d’amélioration et de croissance, et j’espère que le pire est derrière nous », a déclaré le président de la NAR, Vince Malta, courtier chez Malta & Co. à San Francisco.

« La NAR, avec nos partenaires et 1,4 million de membres, s’emploie déjà à relancer le secteur immobilier américain, qui sera un moteur essentiel de la reprise économique de notre pays ».

Comme l’aurait dit Upton Sinclair : « Il est difficile de faire comprendre quelque chose à un homme, quand son salaire dépend de son incompréhension ! »

Origine de cet article >>>

Protégez votre capital des crises

Laisser un commentaire

Fermer le menu