Harry Dent a prédit un crack unique en son genre pour 2020. Et maintenant ?

La hausse des actions ne va pas durer, dit le « Contrarian’s Contrarian » à ThinkAdvisor.

Harry Dent

Harry S. Dent Jr, le « Contrarian’s Contrarian », qui pendant des années a prédit un crash boursier cataclysmique de fin 2017 à début 2020, ne jubile pas. Mais il est clair que son mode est « je vous l’avais dit ». Récemment, il avait prévenu que l’inquiétante bulle de la dette et des actifs financiers allait éclater en mars. Puis est arrivé « le déclencheur parfait » : un coronavirus, qui a prouvé que ses prévisions étaient correctes et a plongé l’Amérique dans une « dépression instantanée », affirme-t-il dans une interview avec ThinkAdvisor.

Les États-Unis sont en « désintoxication pour une économie de crack », insiste M. Dent, citant une bulle qui a atteint une « phase orgasmique » depuis un certain temps.

Le fils d’un conseiller en stratégie de trois présidents, dont Richard Nixon, Dent, 67 ans, a prédit avec précision l’effondrement économique du Japon en 1989, l’éclatement de la bulle Internet en 2000 et la vague populiste qui a propulsé Donald Trump à la présidence.

Dans deux entretiens de juin et novembre 2017 avec ce journaliste, Dent prévoyait qu’une catastrophe économique et boursière frapperait au début de 2020.

Depuis plus de 30 ans, certaines des principales prévisions de Dent se sont avérées exactes, d’autres notamment fausses. Pour prévoir un boom ou un bust, il utilise divers cycles, notamment ceux qui sont axés sur la démographie et les forces géopolitiques.

Dans le cadre de sa publication HS Dent, il publie une lettre d’information mensuelle, « The HS Dent Forecast », co-écrite par Rodney Johnson, et des « e-lettres » quotidiennes gratuites sur les perspectives.

Dans l’interview, il prédit que le récent rebond de la bourse va persister pendant un mois, puis atteindre un pic, peut-être en août. D’ici octobre, les États-Unis seront en proie à un profond déclin économique, dit-il.

M. Dent donne également des conseils sur l’investissement en actions maintenant et dans un avenir proche, ainsi que sur ses perspectives de reprise économique (laissez tomber cette idée en forme de « V »).

Souvent qualifié de « maître du marketing » plutôt que de gourou de la finance, l’auteur prolifique a notamment publié « Zero Hour : Turn the Greatest Political and Financial Upheaval in Modern History to Your Advantage », écrit avec Andrew Pancholi (2017) et « The Sale of a Lifetime » : How the Great Bubble Burst of 2017-2019 Can Make You Rich » (2017).

Son dernier titre, en livre de poche et sur Kindle, est « What To Do When the Bubble Pops » (Que faire quand la bulle éclate) : Stratégies personnelles et commerciales pour l’hiver économique à venir » (G&D Media, 19 mars 2020).

Un fonds commun de placement et un fonds négocié en bourse que Dent a lancé ont été fermés au début ou au milieu des années 2000, mais il prévoit d’ouvrir un nouveau fonds commun de placement en Australie en juin prochain. Il favorisera certaines « saisons » d’investissement.

« Depuis 2008, nous sommes dans la saison d’hiver, celle où les obligations de haute qualité se portent le mieux. Mais nous entrons dans la saison printanière, qui va tuer les obligations », dit-il. Aux États-Unis, la prochaine saison favorisera davantage les maisons de retraite que les maisons de repos, prévoit-il.

ThinkAdvisor a interviewé Dent le 24 avril. Il s’exprimait depuis sa base permanente de San Juan, à Porto Rico. Parmi les prévisions : une saisie immobilière est en cours, l’or ne sera pas un abri sûr cette fois-ci et le président Trump peut devenir tellement furieux s’il se retrouve derrière, qu’il se lavera les mains de la course à la réélection.

Voici les points forts de notre conversation :

THINKADVISOR : Comment caractériseriez-vous ce qui s’est passé dans l’économie et sur les marchés ?

HARRY DENT JR : C’est une cure de désintoxication pour une économie de crack avec des dettes et des prix d’actifs financiers farfelus. Le coronavirus a été le déclencheur parfait. L’impression de la monnaie va arrêter temporairement la plupart des choses dans sa course, mais elle n’a pas arrêté le virus. Nous avons essentiellement soufflé de l’air chaud sur une économie froide. Maintenant, nous sommes entrés dans une dépression instantanée.

Beaucoup considèrent la catastrophe du coronavirus comme un événement de cygne noir. Êtes-vous d’accord ?

La pandémie était un cygne noir, mais il n’y a rien de cygne noir dans la bulle dans laquelle nous nous trouvons. Les bulles se construisent de manière exponentielle ; puis il y a une phase orgasmique finale, dont j’avais prévenu l’automne dernier lorsque la crise des pensions a éclaté. C’était un signe que, oups, quelque chose ne fonctionne pas : Le système bancaire n’est pas si sain.

Quel schéma voyez-vous pour la reprise ?

Ce sera en forme de U. Quiconque dit qu’elle sera en forme de V est un idiot. Ce n’est pas possible. Nous avons un syndrome de stress post-traumatique – nous ne nous en sortirons pas et nous reviendrons à la normale. Tout le monde a peur. Tout le monde sait que le virus peut revenir.

Quand le rétablissement commencera-t-il, selon vous ?

L’économie se rétablira et reprendra sa croissance une fois que nous aurons réduit la dette et les actifs financiers. Cela permettra d’assainir la situation et de se débarrasser des banques et des entreprises zombie et des prêts improductifs. Le monde émergent va nous tirer de là, car la plupart des pays développés ne connaîtront pas une croissance aussi rapide.

Les actions ont généralement rebondi. À l’avenir, que verrons-nous sur les marchés ?

Les actions rebondissent avec tous les stimuli et parce que les investisseurs peuvent voir que le virus recule. Ce rebond durera un mois. Les marchés ne monteront probablement pas beaucoup plus. Ils corrigeront probablement certaines fluctuations, et je suppose qu’en août, ils atteindront un sommet. Cela pourrait durer jusqu’en octobre.

Et ensuite ?

Lorsque nous aurons surmonté le problème à court terme – le virus – plusieurs mois plus tard, nous retomberons dans une récession plus profonde. Le taux de chômage va augmenter de 10 ou 15 %. Ainsi, lorsque de nombreuses entreprises ne reviendront pas et que l’économie s’affaiblira à nouveau, le chômage se retrouvera à un niveau de dépression de 20 % ou plus.

Que doivent faire les investisseurs maintenant au sujet de leurs portefeuilles ?

Si vous êtes dans les actions, ne faites rien et gardez votre position pendant encore quelques mois. Vous pourrez peut-être obtenir un rendement de 5 ou 10 %. Puis sortez ! Nous devons rester en alerte car ce virus est délicat.

Mais est-ce le bon moment pour acheter des actions ?

Vous ne pouvez pas gagner de l’argent sur les actions quand vous les achetez dans une bulle comme celle-ci. Si vous achetez des actions à ces valeurs, vous allez perdre 2 % par an pendant les 12 prochaines années.

Dans quelle mesure les rachats d’actions vont-ils se poursuivre ?

Ils ont été le principal moteur de cette bulle. Maintenant, ils sont morts. Quiconque fera des rachats d’actions après cela aura l’air d’un idiot. Les dirigeants des 500 plus grosses fortunes ont acheté leurs propres actions au sommet de la bulle et ont ensuite tout perdu.

Dans quoi suggérez-vous d’investir après avoir vendu vos actions ?

Investissez dans des fonds de trésorerie de haute qualité et dans des fonds inversés sans effet de levier, car vous ne voulez pas avoir à recourir à l’effet de levier en cas de ralentissement instable. Vous pouvez gagner de l’argent sur cette période, ou au moins préserver votre argent. Dans le pire des cas, il suffit de se contenter de bons du Trésor.

Quelles sont vos prévisions en matière d’immobilier ?

J’ai averti les personnes riches de vendre des biens immobiliers, mais ils n’ont pas écouté. Je n’ai pas pu les dissuader parce qu’ils pensent que l’immobilier ne va jamais baisser. Et bien, ils vont passer pour des idiots, eux aussi. Ils feraient mieux d’écouter maintenant et de tirer les leçons de ce krach parce qu’une deuxième chute immobilière est imminente.

Pourquoi ?

L’immobilier va se taire. Ce virus est déjà en train de faire disparaître les prêts. Même les personnes fortunées ont du mal à obtenir des prêts ou des hypothèques. Lorsque le financement des prêts hypothécaires se resserre, la demande de biens immobiliers disparaît, comme ce fut le cas en 2008.

Prévoyez-vous des secteurs de l’économie qui se porteront bien ?

Les jeux d’argent sont en hausse. La livraison à domicile est en hausse. L’épicerie est en hausse par rapport aux restaurants en ce moment. Il faudra beaucoup de temps pour que certains secteurs rouvrent, par simple prudence. Beaucoup d’entre eux ne reviendront pas parce que ce satané virus détruit tellement de choses que même les entreprises classées « triple A » dans le classement Fortune 100 ne peuvent pas survivre sans l’aide du gouvernement, qui est temporaire.

Quand pensez-vous que les prix du pétrole vont remonter ?

Le prix du pétrole va finir par descendre à environ 10 dollars – nous en sommes déjà très proches. Il reviendra quand l’économie reviendra.

L’or est-il toujours la valeur refuge ?

L’or est un produit très mal en point en cette période de crise. Les chercheurs d’or disent : « Nous allons acheter de l’or comme dans les années 70. » Bonne chance sur ce coup-là ! L’or résistera mieux que les autres matières premières, mais il passera de 1 800 dollars l’once à environ 950-1000 dollars. Ce sera un résultat exceptionnel par rapport à presque tous les autres produits de base. Mais l’or ne sera pas votre refuge. Vous n’achèterez pas de produits alimentaires dans votre épicerie 7-Eleven avec une pièce d’or Krugerrand ! Les gens pensent que l’or sera la seule vraie monnaie.

Que pensez-vous de l’économie par rapport à la prochaine élection présidentielle ?

Donald J.-for-genius-Trump, le crétin de tous les temps qui a fait des crises de colère pendant deux ans, va tout faire pour continuer à stimuler l’économie de toutes les manières possibles jusqu’à la réélection. Il ne veut qu’une bonne économie et une bourse en hausse pour pouvoir être réélu, à tout prix.

Qu’a-t-il fait à cet égard jusqu’à présent ?

Il y a eu sa grande poussée : des taux zéro immédiatement, des milliards de relance. Ils ont sorti la bombe A dès le début. Mais la banque centrale a perdu sa crédibilité lorsque le Dow Jones a chuté de 3 000 points – 15% – le lendemain du retrait des plus gros bazookas de l’histoire en mars. Les marchés n’ont réagi [positivement] que lorsqu’ils ont pu constater que le virus était en train de reculer.

Quelles sont les chances de réélection de M. Trump ?

S’il semble qu’il va perdre, je ne pense pas qu’il soit hors de question qu’il le dise : « Je m’en vais. J’ai essayé, mais les démocrates m’ont saboté avec une mise en accusation. Les médias m’ont saboté. Les fédéraux n’ont pas agi avant que je leur dise de le faire. Vous auriez pu avaler du savon et survivre à cela – mais personne ne m’a écouté. Alors je suis viré. » Je peux comprendre que vous soyez d’accord avec certaines de ses politiques, mais si vous pensez que c’est une personne décente qui se soucie de vous, vous êtes un idiot parce qu’il s’en fout.

Que pensez-vous qu’il se passe avec les prêts aux petites entreprises proposés par le Programme de protection des salaires ?

Ils ont ouvert le robinet, mais l’argent a déjà disparu. Ils n’auront jamais assez d’argent pour subvenir au besoin. Ils le donnent à n’importe qui avec un bras et une jambe, tout comme ils ont donné des prêts hypothécaires à risque, et cela n’a pas bien fonctionné. Le PPP (Paycheck Protection Program) sera exploité, et il y aura beaucoup de fraude.

Dans quelle mesure les paiements de 1 200 et 2 400 dollars aux Américains vont-ils contribuer à stimuler l’économie ?

Personne ne dépensera plus que de raison. S’ils n’ont pas besoin d’acheter de la nourriture avec, ils vont probablement l’économiser parce qu’ils ont peur. Ils veulent de l’argent pour la sécurité.

Origine de cet article >>>

Protégez votre capital des crises

Laisser un commentaire

Fermer le menu