La Chine est un manipulateur de devises et le système bancaire américain est un manipulateur de métaux

Le département du Trésor américain a annoncé lundi que la Chine ne figure plus sur la liste des pays considérés comme des « manipulateurs de devises ». Le moment était terriblement opportun, juste avant un accord commercial de phase 1 attendu entre les deux puissances.

Personne ne croit vraiment que la Chine a cessé de manipuler la valeur de son Yuan par rapport au Dollar américain.

Mais l’administration Trump est apparemment prête à accepter un certain degré de rigidité monétaire en échange d’autres concessions sur le commerce.

Ce n’est pas comme si le gouvernement américain avait un bilan exemplaire en ce qui concerne le respect des principes de marchés monétaires libres et équitables. Il essaie constamment (par le biais du Fonds de stabilisation des changes et d’autres moyens) de gérer la valeur du dollar par rapport aux devises de ses partenaires commerciaux.

Ce n’est pas non plus comme si les marchés des actions, les marchés des taux d’intérêt et les marchés à terme des métaux précieux étaient exempts de toute manipulation. Les manipulations de prix de toutes sortes – allant de la « mystification » à petite échelle à la suppression à grande échelle – se produisent pratiquement 24 heures sur 24.

Il arrive que des poursuites soient engagées.

L’année dernière, par exemple, le ministère américain de la justice a inculpé plusieurs négociants de JP Morgan pour fraude et racket dans une conspiration visant à truquer les marchés des métaux précieux.

Pourtant, les précédentes enquêtes criminelles menées par les autorités fédérales de régulation sont souvent restées sans suite, les preuves de manipulation étant inexplicablement ignorées.

Le membre du Congrès Alex Mooney de Virginie occidentale a demandé au procureur général Bill Barr de se pencher sur la question du truquage des prix, en particulier sur le marché de l’argent, qui est régulièrement soumis à une volatilité artificielle induite par de grands négociants institutionnels (c’est-à-dire des banques d’investissement) ayant des positions hors normes.

La manipulation peut se produire à une échelle encore plus grande si la Réserve Fédérale ou le gouvernement américain ou ses agents sont impliqués. Elle est largement suspectée mais difficile à prouver car la Fed opère en secret et le gouvernement ne tient pas à enquêter sur lui-même.

Quelle que soit la motivation, c’est un fait objectif que l’offre de contrats à terme a augmenté l’année dernière sur les marchés de l’or et de l’argent.

L’intérêt pour l’or a augmenté de plus de 70 %. En d’autres termes, l’offre d’or en papier a augmenté de 70 %, soit 33 millions d’onces nouvelles, absorbant ainsi une grande partie de la demande croissante de ce métal et empêchant les prix d’augmenter encore plus qu’ils ne l’ont fait.

Alors même que de plus en plus de contrats sur l’or s’échangeaient, la quantité d’or physique disponible pour livraison dans les coffres-forts a à peine bougé. Ainsi, alors que l’or lui-même est rare et très recherché, les contrats à terme peuvent apparemment être générés en quantités illimitées pour détourner les acheteurs de la réalité.

Selon Dave Kranzler de Investment Research Dynamics, « Depuis l’introduction de l’or papier, le Comex – le commerce de l’or et de l’argent – a évolué pour devenir ce que l’on ne peut que qualifier de caricature d’un « marché ». L’intérêt en cours dans les contrats sur l’or est près de 10 fois supérieur à la quantité d’or physique qui serait détenue dans les coffres du Comex. C’est 60 fois la quantité d’or « enregistré », l’or désigné comme étant disponible à la livraison ».

Certains investisseurs dans le métal jaune s’attendent à une éventuelle défaillance du COMEX – un cas de force majeure provoquant une ruée vers les banques pour le métal physique qui ferait monter les prix de façon explosive. Bien qu’un tel scénario soit possible, il n’est pas nécessairement probable.

Depuis des décennies, les pouvoirs publics ont su mener cette comédie à leur avantage. Ils peuvent être sans scrupule ou même malfaisants, mais ils ne sont pas idiots.

La campagne popularisée brièvement il y a quelques années de « Achetez de l’Argent physique amène au krack de JP Morgan » était basée sur une mauvaise compréhension de la courte exposition des méga-banques à l’Argent.

Les banques ne font pas un énorme pari à long terme sur la chute de l’Argent physique et ne risquent pas tout sur celui-ci. Elles sont sur les marchés avec des couvertures complexes et des algorithmes de trading qui peuvent générer des micro-profits sur des mouvements de hausse ou de baisse minute par minute.

Oui, les banques peuvent supprimer des reprises et déclencher des ventes en étant fortement à découvert – même en vendant plus d’onces qu’elles ne pourraient en livrer. Mais la réalité est qu’elles n’auront jamais à régler leurs contrats en métal physique.

Les institutions financières jouent sur un marché monétaire lié aux métaux précieux, et non sur le marché physique de ces métaux précieux.

Le mieux que les investisseurs puissent espérer est que les marchés de l’or et de l’argent papier perdent de leur crédibilité et s’écartent des prix réels pour les utilisateurs industriels et les acheteurs de lingots en gros.

Ou alors, les pouvoirs publics pourraient éviter un tel embarras en se tenant à l’écart pendant que les prix se remettent à monter, puis en choisissant un nouveau niveau auquel ils tenteront de maintenir la ligne.

En fin de compte, cependant, l’offre de métaux précieux physiques ne peut être manipulée pour faire exister une banque ou un gouvernement. Soit il est réel et disponible, soit il ne l’est pas.

La clé pour vaincre les manipulateurs de marché – ou du moins pour rendre leurs manigances sur papier sans intérêt – est que les acheteurs évitent les marchés dérivés et insistent pour obtenir du métal physique à partir de sources physiques.

Origine de cet article >>>

Protégez votre capital des crises

Laisser un commentaire

Etienne BROIS

Etienne BROIS, l'auteur de ce blog est Conseil Indépendant en Gestion de Patrimoine sur Angers. Ex-ingénieur à l'international, il aide ses clients à construire leur avenir financier en leur proposant des solutions originales taillées sur mesure comme l'investissement dans des immeubles de rapport par exemple. A travers ce blog, il vous propose de vous livrer sa vision, ses secrets et de vous faire profiter de son expérience pour gagner en liberté et ainsi maîtriser votre temps.
Fermer le menu